Spectacles
Vidéos
Bio

Avant d’entamer sa carrière musicale d’auteur-compositeur-interprète en solo, Julien Sagot se fait connaître comme percussionniste et membre de Karkwa. Le quintette enregistre quatre albums (Le pensionnat des établis, Les tremblements s’immobilisent, Le volume du vent, Les chemins de verre) et devient l’un des principaux porte-étendards du rock québécois. Pendant près de 15 ans, Louis-Jean Cormier, François Lafontaine, Stéphane Bergeron, Martin Lamontagne et Julien Sagot parcourent le Québec et l’Europe à la rencontre d’un public enthousiaste. En 2010, la formation récolte le prestigieux Prix Polaris, décerné au meilleur album canadien. Jamais rassasié musicalement, Julien Sagot collabore à de nombreux projets, dont Radio Radio, Pierre Kwenders, Fred Fortin, Galaxie et Pawa Up First et Karkwatson.

Multi-instrumentiste autodidacte, au fil des ans, il approfondi l’art de la composition et perfectionne son jeu de guitare et de piano. Karkwa en pause, il se plonge intensément dans un processus d’exploration musicale. C’est durant cette période de découverte artistique qu’il jette les bases de ce qui allait devenir sa carrière d’auteur-compositeur-interprète. En 2012, il fait paraitre un premier album solo Piano Mal, sous étiquette Simone Records. L’album, coréalisé avec Simon Angell, est entièrement enregistré au mythique studio La Frette en banlieue parisienne avec la participation de l’auteur-compositeur-interprète Leif Vollebekk et du sonorisateur Mathieu Parisien.

Avec Valse 333 (2014) Sagot cherche un son plus personnel, plus abrasif et flirte avec un esthétisme franco-asiatique. Sa plume se dirige vers la sociologie abstraite et contemporaine. Il travaille avec Antoine Binette-Mercier. Le compositeur, arrangeur et sonorisateur devient dès lors un complice important pour la suite du parcours artistique de Sagot. Bricolé et assemblé dans un appartement, le duo met la touche finale à l’album au studio Pierre Marchand avec la participation de Robbie Kuster à la batterie, Martin Lizotte aux claviers et Fabienne Lucet au piano. C’est encore une fois Mathieu Parisien aux commandes du mixe et Étienne Martin confectionne la pochette.

Cherchant un son plus lourd, plus enveloppé, mais toujours abrasif et métissé (musiques traditionnelles sud-américaines et asiatiques, chanson française, jazz, hip-hop, world beat, musique électroacoustique, etc.), l’artiste fignole sa signature sonore caractéristique sur Bleu Jane (2017). Il amalgame des instruments, des rythmes et des styles de contrées et d’époques différentes. Cette fois, Antoine Binette-Mercier coréalise, Robbie Kuster est à la batterie, Mishka Stein à la basse, François Lafontaine aux claviers, Frannie Holder à la voix et Marie-Christine Roy au violon chinois. Peter Van Uytfanck se charge de mixer l’album et Julie Robinson crée la pochette. En 2019, Sagot travaille sur la musique d’un court métrage présenté dans le cadre de l’exposition L’Exhumée de Julie Robinson.

En mars 2021, Julien Sagot revient avec un album éponyme dont la pochette est illustrée par une photo prise par Sagot lui-même d’une sculpture de l’artiste italienne Paola Epifani. Durant le processus de création, il fait appel à François d’Amours (saxophone), Frannie Holder (chœurs) et Antoine Binette-Mercier (mix créatif), mais c’est seul qu’il planche sur tous les concepts sonores, mélodiques et rythmiques. Sa plume acérée n’épargne aucun tabou.

Boutique

MAISON DE DISQUES
SIMONE RECORDS

SPECTACLES
Ensemble Concerts - Romain Piquerez
 
RELATIONS DE PRESSE (Québec)
Chloé Legrand
 
RELATIONS DE PRESSE (France)
Jérémy Spellanzon
jspellanzon@me.com
514-974-8836